Ninja Dream

Acte I : Des bandits maîtrisant les arts ninjas se sont attaqués à Kumo et s'en prennent maintenant à Oto et Iwa. Qui sont-ils réelement et que recherchent-ils ?
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 • Résidence de Yuki et sa famille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuki Kyandii

avatar

Nombre de messages : 52
Age : 22
Grade : •Une simple jeune Genin; !
Date d'inscription : 14/05/2010

MessageSujet: • Résidence de Yuki et sa famille   Sam 15 Mai 2010 - 23:27

Arrivée dans mon nouveau village, l’Hokage me présenta à ma nouvelle famille. Sur le chemin vers celle-ci, je lançai quelques regards curieux aux alentours. Je remarquai très vite que je n’étais pas la seule curieuse de cette ville. Tous les regards étaient posés sur moi. Cela me mit plutôt mal à l’aise. Pourquoi avais-je attiré l’attention de tout le monde ? A cause de mes longs cheveux soyeux qui me vont jusqu’aux chevilles ? Ou alors, les villageois se connaissaient-ils aussi bien qu’ils pouvaient reconnaitre sans problème une nouvelle personne ? Qu’importait la raison, je n’aimais pas du tout ça. Etre le centre du monde dans un village inconnu, ce n’est pas vraiment la joie. D’ailleurs, je commençai à accélérer le pas, même si je ne savais pas où j’allais. Le Hokage m’arrêta net et me regarda dans les yeux. Je fis une grimace. Je préférais de loin mon ancien chef… Il était beaucoup plus jeune et beaucoup plus beau. Enfin bref… Je pensai qu’il allait me lâcher assez vite et ne donc restai sans dire un mot et essayai d’éviter son regard le plus possible. Mais qu’est-ce qu’il me voulait à la fin ?!? Je perdis très vite patience et fit un geste de recul brusque, le fusillant du regard. Je n’osais pas vraiment dire un mot, car ce n’était pas mon Kage mais bon… Puis, à mon grand étonnement, il reprit le chemin sans même me parler ! Je le suivis, pas très fière de moi et nous arrivâmes enfin. Je restai stupéfaite en voyant mon nouvel habitat. Ma nouvelle famille me rejoignit, nous dîmes au revoir à l’Hokage, la famille le remerciant pour tout et j’eus enfin la joie de visiter la demeure. L’extérieur était déjà magnifique. Le jardon devait faire dans les 2000 km² et était parsemé de plusieurs sortes de fleures différentes. Au milieu se tenait bien droit une mini fontaine que les petits moineaux avaient l’air de bien apprécié. C’était vraiment beau à voir. La façade de la maison était couleur bois, étant donné qu’elle était en bois.
Lorsque j’eus finis de m’amuser avec un petit lapin trouvé dans le jardin, ma nouvelle famille me fit découvrir l’intérieur. Là aussi, tout était de bois, même les meubles. C’était vraiment joli. Il y avait même un piano au milieu du grand salon qui se trouvait juste après le hall d’entrée. A partir du salon, il y avait différentes directions à prendre. L’une d’elles donnait sur la véranda, l’autre sur l’immense cuisine qui à son tour donnait sur une petite sale à manger et la dernière donnait sur des escaliers. Nous montâmes et un nouveau couloir s’ouvrit à moi. La première porte fut celle des WC, avec juste en face la salle de bain qui comportait à peu prêt tout ce que l’on a besoin, c’est-à-dire baignoire, douche, lavabo. Ensuite arriva la première chambre, la leur. Elle était assez grande et donnait sur le jardin. Puis vint une petite salle de jeu, sûrement celle de leurs enfants, il y avait même une pièce avec deux bureaux, sûrement pour le travail. Les deux pièces suivantes se découvrirent être les chambres des enfants et enfin, la dernière pièce fut mienne. Ma chambre. Elle était grande et magnifique. Très féminine aussi. Les murs étaient roses pâles et un ruban doré encadrait la fenêtre qui donnait sur un petit balcon très mignon. La chambre comportait un grand lit de place, avec une couverture de soie rose, un petit bureau de bois très clair et une coiffeuse bois rosé. Il y avait quelques placards aussi, comportant des affaires de jeunes filles. Je fus assez étonnée. Il n’avait tout de même pas pus avoir prévue mon arrivée. C’est alors que je les questionnais :


" Cette chambre, elle appartenait à quelqu’un, n’est-ce pas ?"
" Ce n’est pas totalement faux. Elle appartenait à notre seule fille. Mais cette dernière est décédée il y a un an et nous n’avons pas osé toucher à ses affaires. Mais je suis sûr que les habits t’irons très bien, vous avez la même corpulence. Fais-en bon usage. "

Sur ce, les deux tuteurs partirent, me laissant seule dans ma chambre. Je regardais un peux les habits, ces derniers étaient magnifiques. Mais je pleurais. Devoir prendre les affaires d’une petite fille décédée ne me plaisait guère, mais je n’avais pas le choix… Je me réfugiai sur le balcon qui donnait une vue magnifique au jardin. Je me recroquevillai par terre, portant mes genoux à mon menton et regardai les oiseaux voler. C’est alors que je vis une grande piscine au loin. Décidément, il y avait vraiment tout pour être heureux dans cette maison…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïkocho Shimura

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 22
Grade : gennin
Date d'inscription : 29/03/2010

MessageSujet: Re: • Résidence de Yuki et sa famille   Lun 24 Mai 2010 - 18:23

suite d'ici


Yuki accepta avec joie la proposition de Maïko. Le trajet dans la nuit noir fut gais. Yuki s'amusait à faire divers petits jeux amoureux avec Maïko. Ce qu'il adorait aussi. Ils finirent par arrivées chez Yuki. Un grande maison leur faisait face. Si ses souvenirs sont bon, il n'en avait jamais vue de plus grande. Tenant toujours Yuki par le bras, il l'enlaça la plaquant contre son corps et lui assena quelques baiser dans le cou. Elle le fit rentrer chez elle tout en l'embrassent. Maïko se laissait faire, il était comme transporté vers un autre monde, un monde de joie et de bonheur. La lumière allumée, il vit beaucoup de photos ornées les murs de la maison. Certaine de grands shinobis comme Sasuke ou Naruto. Il y en avait aussi plein d'autres mais surement représentaient-elles des choses plus privées comme de la famille ou des amies. Enfin, Maïko était trop happées par sa jeune rencontre pour s'intéréssé à ça. Il ne voulait pas la quitter et redoutant ce moment il continua de l'embrasser. Elle l'emmena par la main dans sa chambre. Spacieuse, grande et féminine. Au fond un petit balcons laissait son charme. Yuki était resplendissante au milieu de tout ça et Maïko ne put s'empêcher de la prendre au creux de ses bras pour la serrer. Quelques photo étaient aussi accrochées dans sa chambres. Il y en avait avec un homme une femme et un nouveau-née. Surement elle et sa famille. Les deux personnages se posèrent sur le lit et Yuki prit discrètement un bout de son bandeau comme pour l'enlever. Maïko émit une grimace de réticence au début puis l'enleva de son visage. Après tout, qu'est ce que cela fera ? Maïko espérait juste qu'elle ne prenne pas trop peur en voyant la pupille couleur rouge sang . Lui même n'aimait pas trop ça mais il est vraie qu'au combat, elle donne un avantage certain sur l'adversaire.

Elle posa la question sur ce qu'était le sharingan. Maïko s'en doutait, peu de personne connaissait l'existence de cette pupille et seul une poignée de ninja la possédait, c'était donc normal qu'elle en ignorait le forme :

- ha, tu veux savoir ce qu'est le sharingan hein ? Ben pour faire simple, c'est un oeil, mais rouge et noir, il permet une autre vision des chose comme le chakra ou la décomposition des mouvements. c'est une arme ! Mais bon, je te préviens, ça peut paraître bizarre la première fois qu'on en voit un .

Maïko secoua la tête pour rendre de déroulage du bandeau difficile c'était comme un jeu. elle y était presque qu'en Maïko la saisit dans ses bras et roula sur le lit avec. roula un peu trop d'ailleur, il tombèrent ensemble sur le sol. Il était maintenant dans une posture assez difficile à s'en échapper ; dessous Yuki. Il rit légèrement un petit moment et fit semblant de se débattre et finit par se résigner à perdre ce petit jeu.
Maïko respirer comme un chien épuisait, cette agitation lui avait donné soif, soif d'amour. Il retourna alors Yuki pour se retrouver cette fois au dessus et vint lui déposer des baiser sur toute la longueur du corps.

- tu veux voir ce qu'il y a dessous ce bandeau ? encore faut-il que tu réussisse !

Il sourit puis lui écarta les bras sur le sol avec ses mains afin de lui déposer un baiser sur le front. . .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki Kyandii

avatar

Nombre de messages : 52
Age : 22
Grade : •Une simple jeune Genin; !
Date d'inscription : 14/05/2010

MessageSujet: Re: • Résidence de Yuki et sa famille   Lun 24 Mai 2010 - 22:24

Tout était calme dans la maison et on entendait plus que moi et Maïko qui faisons les idiots. En effet, il avait commencé un petit jeu alors que j’avais essayé de lui enlever le bandage. Mais ce ne fut pas ça qui me surprit le plus, ce qui me surprit le plus fut qu’il soit d’accord avec ça, qu’il me laisse faire sans me repousser en disant qu’il n’avait pas le droit de le montrer. Soit il le faisait à tout le monde, soit il m’aimait vraiment, même si on ne se connaissait que depuis quelques heures ! Cependant, cela me réchauffa pas mal le cœur, je me sentais heureuse rien qu’au fait de savoir qu’il y avait quelqu’un sur cette planète qui me faisait confiance. De plus, il lui expliqua ce qu’était le Sharingan sans même rigoler, se moquer d’elle ou quoi que ce soit. Bonne chose. Je n’était donc peut-être pas la seule à ne pas connaitre son existence. Enfin bon, la description qu’il me fit me fit un peu peur au début. La couleur encore ça allait, même s’il n’était pas commun de voir des yeux rouges et noirs, mais le fait que ce soit une arme m’apeura. Savoir que le jeune homme qui se tenait devant moi détenait quelque chose de la sorte n’était pas très rassurant… Bien qu’après tout ce qu’on avait pu faire depuis le début de notre rencontre, je ne pus pensé qu’il pouvait me faire du mal, si ? En tout cas, il n’en avait pas vraiment l’intention pour le moment, non, il voulait joué. D’ailleurs, pour cela, il secoua la tête pour que ce soit plus difficile pour moi de le défaire de son bandage. Enfin, c’était triché, vue que j’y était presque ! Juste à cet instant, il décida de me prendre dans ses bras pour rouler sur le lit, bien qu’on tomba par la suite au sol, moi sur lui. Posture amusante qui me donnait tout plaisir de l’embrasser dans le cou. Mais ceci ne dura pas longtemps car il roula sur lui-même afin de se retrouver sur moi. Posture, cette fois-ci, plutôt gênante… Je sentis mes joues rougir quelque peu, mais bon, fallait s’y habituer ! N’empêche, le fait qu’il m’embrasse sur toute la longueur de mon corps me surprit quelque peu et je commençais à me demander ce qui allait se passé par la suite. Rien de très important sûrement.
La suite fut plus drôle. Il m’empêcha toute utilisation des bras seulement pour me déposer un baisé sur le front. Sauf que cette situation m’aidait car je pus prendre le bandage avec mes propres dents et le défaire complètement. Sauf que ce qui m’attendait dépassait tout ce dont auquel je m’étais attendu. Ce genre d’œil… Jamais je n’en avais vue et savoir à quoi il servait me donna la chair de poule. Pour faire bref, je lui remis tout de suite une partie du bandage pour le caché tandis que mon regard se posa ailleurs. Je n’osai pas vraiment dire quoi que ce soit, restai donc silencieuse. Mais je ne l’ignorai pas longtemps au contraire, je repris vite les choses en main et l’embrassai tendrement. Puis je lui adressa un petit sourire avant de le repousser gentiment pour pouvoir m’assoir avec lui sur le lit. Je me posais alors toujours des questions sur cet œil… D’où venait-il ? Qui l’avait créé ? Et pourquoi était-ce obligatoire d’opérer cet œil à l’enfant de chaque génération ? Puis n’était-il pas dangereux pour n’importe qui ? L’utilisateur ainsi que la victime ? Des questions, j’en avais ! Et puis, pourquoi est-ce que le vieux ne m’en avait jamais parlé ? Parlant du vieux, mes yeux se posèrent de nouveau sur les photos. Maïko m’avait annoncé un secret qui lui était interdit de révéler, je pouvais donc peut-être lui raconter quelques trucs sur ma vie, quelques trucs que je n’osaient raconter à personne. Enfin bon, avant de raconter, je me levai du lit, allai prendre quelques photos et revins sur le lit me blottir dans les bras de Maïko, espérant que mon histoire de l’ennuierais pas. Je commençai par lui montrer la photo avec ma mère, la seule photo que j’avais, et commençai à raconter.


" Ca, c’est mon père et ça, c’est ma mère. La photo a été prise à ma naissance et c’est aussi la seule photo que j’ai de ma mère. Le clan n’avait pas accepté qu’elle se marie avec mon père et le fait qu’elle fasse un enfant avec lui les mit hors d’eux. Ils voulaient me tuer et si ce n’était pas moi c’était elle. Bien sûr, c’étai évident qu’elle allait se sacrifier pour moi. Mais mon père ne l’a pas supporté et s’est mit à déprimer. Je ne l’ai jamais vue sourire… Cette photo là a été prise pour l’un de mes anniversaires. L’un des pires… Pas même un sourire… J’étais un peu comme la femme de la maison, je faisais toutes les corvées. Puis un jour, le vieux, lui, est venu et mon père m’a abandonné à lui avant de se pendre. J’étais assez surprise, surtout que j’avais regardé toute la scène par la fenêtre, vue qu’il s’était pendu juste après. Pourtant, j’ai pas pleuré. Ma vie après ça était superbe, pleins d’amis… Jusqu’à cette guerre… C’est la seule fois où j’ai pleuré… Enfin bon, c’est rien, juste un simple passé, pas vrai ? "

Je lui fis un petit clin d’œil et l’embrassai sur la joue. J’espérais ne pas l’avoir trop ennuyé avec mes histoires de passé… Mais au moins, il en savait beaucoup plus.

_________________
Un jour, la paix régnera sur le monde mais en attendant ce jour, je te défis, Invité !!
Clique ↑
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïkocho Shimura

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 22
Grade : gennin
Date d'inscription : 29/03/2010

MessageSujet: Re: • Résidence de Yuki et sa famille   Mar 25 Mai 2010 - 19:25

Cette nuit la fut surement la meilleur que Maïko eu passé dans sa vie. D'abord une rencontre, puis un diner et enfin des baiser et des calin à en perdre haleine. Tout se passait bien pour Maïko il n'aurait put espérer mieux. A chaque fois qu'il entendait le son de sa voix, qu'il toucher son sa peaux douce et ses cheveux soyeux, il ne pouvait s'empêcher d'afficher un sourire amoureux. Ils venaient de commencer un petit jeu qui aurait servis à Maïko de dévoiler son oeil de façon plus douce à Yuki, il avait peur qu'elle le prenne pour monstre, ce qu'il n'était pas ! Elle finit par réussir à décrocher le bandeau d'une manière auquel Maïko n'aurais jamais pensé ; avec les dents. La lueur et la couleur de l'oeil semblait perturber Yuki qui s'empressa de le cacher. Maïko comprenait sa réaction, lui même lorsqu'il se regarde dans la glace se demande si c'est vraiment lui dès fois. de toute façon, savoir qu'il possédait cette chose n'effrayé pas Yuki ou alors elle cachait bien son jeu. Ils continuèrent de jouer à ces petit jeux amoureux pendant un moment pour venir se reposer sur le lit.
Elle lui décrivit les photos sur les différents meubles de la pièce. Les mots que prononçait Yuki était triste mais emprunt d'une certaine colère ou rancoeur lorsqu'elle parla de son père. Ces mots lui rapellèrent son passé à lui. beaucoup moins triste mais pas pour autant moins difficile. IL avait eu du mal à ce faire une place dans Konoha. Les gens étaient contre le retour des descendants de Danzo dans le village. Mais petit à petit il réussit à ce faire respecter. Il écouta avec passion le monologue de Yuki. Les choses horrible qu'elle a dut subir étaient surement très éprouvante ; la vue de la mort de son père ; la guerre... Une enfance gachée par le sang et les larmes... Elle termina son discours éprouvant pas une question, une question auquel la réponse lui était vague. elle lui demandait si le passé n'était rien.

- Bien sur !

Il fit un sourire à Yuki mais si on écoutait sa voix, ces paroles furent vite balayé, il n'aimait pas trop le passé et ne voulait pas s'attarder dessus de peur de faire remonter de vieux souvenirs. Il se leva du lit et se dirigea vers le balcon. D'un revers de main souple et rapide il tira le rideau de la pièce. S'allongeant sur le lit il éteignit la lumière et dans le noir profond il sussura deux mots, deux mots fort et puissant, deux mots qui venaient tout droit du coeur : Je t'aime !
Ces mots furent les derniers de la nuits...


Le lendemain matin fut trouble après une nuit comme celle ci. Ils étaient dans les bras l'un de l'autre. Des rayons du soleil perçaient à travers le rideau fermé. Maïko ne voulait pas se réveiller. Ca aurait était synonyme de partir et partir l'aurais forcée à quitter Yuki. Il resta donc dans le lit à contempler son ange jusqu'à son réveil. Un réveil qui ne tarda pas à arriver d'ailleur...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yuki Kyandii

avatar

Nombre de messages : 52
Age : 22
Grade : •Une simple jeune Genin; !
Date d'inscription : 14/05/2010

MessageSujet: Re: • Résidence de Yuki et sa famille   Sam 29 Mai 2010 - 19:57

Je fus assez étonnée lorsque le jeune homme me répondit. En effet, c’était juste une question comme ça, une question à laquelle on ne demande pas de réponse. Mais au moins, ça prouvait qu’il avait écouté mon discoure ennuyeux du début jusqu’à la fin et ça, ça me faisait plaisir. Etant donné que c’était la première personne qui avait eut droit d’entendre mon propre passé de ma propre bouche, de ma propre voix, j’avais eus peur qu’il n’écoute rien mais rien de cela ne s’était produit. Quel bonheur. Enfin, Maïko se leva à ma grande stupéfaction. Il se dirigea vers le balcon suivit de mes yeux étonnés. Je ne compris pas tout, il ferma les rideaux, revint sur le lit et éteignit les lumières. Pourquoi il faisait ça ? Était-il déjà fatigué ? Voulait-il déjà dormir ? Quoi qu’il en soit, s’il s’était décidé à dormir, se fut dans mes bras car il ne me lâcha pas. Puis ses mots atteignirent mes oreilles, des mots qui m’étonnèrent, deux simples mots, un « Je t’aime ». Surprise, je ne sus quoi répondre et demeurai donc dans le silence jusqu’à que la nuit commence vraiment, une nuit que je n’aurais jamais pus croire passer un jour.
Les rayons du soleil percèrent les rideaux de ma chambre et mes paupières furent dérangés. J’ouvris donc les yeux et faillis échappé un petit crie. J’étais dans les bras d’un jeune homme, chose qui m’étonna jusqu’à ce que je me rappelle de notre rencontre la veille. Un sourire apparut donc sur mes lèvres et je commençai à embrasser le jeune homme dans le cou. Depuis combien de temps était-il réveillé ? Je n’en avais aucunes idées. Puis comment se faisait-il qu’on était dans mon lit, l’un contre l’autre ? Ca, je ne l’en rappelais pas du tout. Ce qui s’était passé durant la nuit dernière m’avait échappé, je ne me souvenais d’aucuns détails. Mais je ne pus poser pas question car au même moment, la porte de ma chambre s’ouvrit à la voler et l’un de mes grand-frère, les plus mignons, entra dans ma chambre avec un grand sourire aux lèvres. Un sourire qui s’effaça aussitôt lorsqu’il me vit dans les bras de Maïko. Moi, je restais à le regardé, ayant du mal à comprendre ce qui se passait. Mon regard se posait sur mon frère, puis sur Maïko puis sur mon grand frère encore pendant quelques bonnes secondes avant de remarquer la situation. Mes joues rougir aussitôt et je dis d’un ton gêné ::


" C’est… c’est pas ce que tu crois… Vraiment il ne c’est rien passé… "

Mon grand frère me regardait sans rien dire, toujours sur le choque. Puis, qu’est-ce qu’il faisait là ? Ne devait-il pas aller camper avec les autres ? Quoi qu’il en soit, maintenant qu’il était là, j’allais devoir m’expliquer avec lui… Mais comment pouvais-je m’expliquer alors que je ne me souvenais de rien ? Rho et puis j’avais rien à expliqué ! Il n’était même pas mon vrai frère… Mais justement, c’était ça le problème. C’était pas mon vrai frère, donc il n’était pas obligé qu’on soit comme tel… Quoi qu’il en soit, pour moi, c’était mon frère, pas plus… :

" Où sont les autres ? Vous deviez pas camper ? "
" Si mais… Comme t’étais toute seule, je pensais que tu voudrais un peu de compagnie… Mais à ce que je vois, tu en as déjà trouvé… "

Le jeune homme reparti, me laissant ainsi seule avec Maïko. Je restai sans mot dire, ne sachant que dire. Je ne réussis même pas à sortir un mot de ma gorge pour expliquer à Maïko qui était ce jeune homme. Vue mon comportement à la vue de celui-ci, Maïko pouvait facilement croire que nous étions ensemble, en tant que couple et non frère et sœur. Mais je n’arrivais pas à lui expliquer la situation, à dire quoi que ce soit… enfin si, je réussis à poser la question qui me trottait dans la tête. :

" Il s’est passé quoi cette nuit ?"

Une question simple mais assez déplacé, qui pourrait sûrement le vexer. C’est pas souvent qu’on oublie une nuit passée avec l’homme qu’on aime. Même avec la mémoire que j’ai. M’enfin bon, si j’avais pas posé la question, j’aurais jamais sus ! J’avais plus qu’à espérer qu’il ne se fâche pas, qu’il ne le prenne pas mal… Et surtout, qu’il reste auprès de moi.

Suite ici =3

_________________
Un jour, la paix régnera sur le monde mais en attendant ce jour, je te défis, Invité !!
Clique ↑


Dernière édition par Yuki Kyandii le Lun 7 Juin 2010 - 22:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maïkocho Shimura

avatar

Nombre de messages : 58
Age : 22
Grade : gennin
Date d'inscription : 29/03/2010

MessageSujet: Re: • Résidence de Yuki et sa famille   Jeu 3 Juin 2010 - 19:33

Le réveil de Yuki ne tarda pas à arriver. elle fut surement surprise de se voir dans les bras d'un homme et dans son lit de part l'expression de son visage. Maïko était content, il allait encore pouvoir regarder son corps aux formes étrangement attirantes. Il tomba une nouvelle fois sous le charme lorsque ses yeux rentrèrent dans le regard de l'autre. Elle lui assena quelques petits baiser dans le cou, il adorait ça et prit parti au jeu en faisant de même. Il restèrent dans le lit à s'enlacer et s'embrasser un bon moment, une bonne demi-heure même jusqu'où ce qui devait arriver arriva ! Un homme, un peu plus vieux qu'elle fit irruption dans la salle. Il portait sur son visage un sourire joyeux, un sourire qui ne tarda pas à s'effacer à la vue de jeune couple. Le coeur de Maïko se mit à battre, comment cela était-il possible, l'aurait-elle trompé ? Abusé de lui en l'absence de son copain ? Non, du peu du caractère qu'il avait vue en Yuki, il ne la pensait pas capable d'une telle chose, ce ne pouvait pas être ça ! Du moins il essayait de faire sauter cette pensée de son esprit. Yuki semblait apeuré et les doutes que commençait à avoir Maïko augmentèrent en puissance lorsque la tête de Yuki penchait d'un homme à l'autre. Que fallait-il dire, que fallait-il faire ? Il n'eut pas le temps de réagir que Yuki s'en chargea d'elle même. " C’est… c’est pas ce que tu crois… Vraiment il ne c’est rien passé…" . Après ces courtes paroles un silence emplit la pièce, fixant le garçon Maïko n'osait rien dire de peut d'envenimer la situation mais il voulait savoir; il voulait savoir qui était cet homme au juste ! Bref, il finit par se prononcer mais Yuki le prit de court en rajoutant quelque chose : " Où sont les autres ? Vous deviez pas camper ? " . Le coeur de Maïko ralentit, si c'était son copain, elle l'aurait surement accompagné camper, ce devait donc être un ami ou de la famille. Le garçon enchaîna après sa question : " Si mais… Comme t’étais toute seule, je pensais que tu voudrais un peu de compagnie… Mais à ce que je vois, tu en as déjà trouvé…". 'est bon, il était sauvé, ce n'était pas son copain, il se serait surement énervé. Cette courte interruption procura comme un éloignement des deux personnes, ils ne savaient que dire enfin, Yuki semblait savoir quoi dire mais c'est comme s'il elle ne l'osait pas. Elle finit par demander ce qui la gêner tant :

" Il s’est passé quoi cette nuit ?"


La question arriva comme un grand coup au milieu du coeur, comment cela se pouvait-il. Une fille pouvait ne pas se rappeler de la nuit qu'elle vient de passer avec un homme ! Cette nuit que maïko avait trouvé si formidable, elle, ne se souvenait de rien. Maïko fronça les sourcils, soit elle se moquait de lui, soit elle avait de gros même d'énorme problème de mémoire. Il y avait deux choix pour Maïko, s'énervé ou bien ne pas s'énervé. Il choisit la deuxième mais comment allait-il réagir, avec quels mots allait-il bien pouvoir lui expliquer ? Il devait improviser :

" Quelque chose d'inoubliable !! je te remontrerais à l'occasion mais la prochaine fois, essaye de ne pas oublier s'il te plait, ça me met un peu mal à l'aise. "

A la suite de ces mots, il se leva du lit et alla ouvrir les rideaux comme il les avait fermés. Remit ses pauvres vêtements qu'il avait laissé sur le sol la veille et sans mot dire alla déposer un baiser sur les douces de lèvres de son amour. Il regarda une dernière fois Yuki dans les yeux, il devait partir mais n'en avait aucune envie, il voulait rester à ses cotés mais le devoir l'y interdisait.

" Yuki, je doit y aller maintenant, la nuit avec toi fut comme un aller simple au paradis ; un pur bonheur, vivement que nous nous revoyons hein ?!

Il l'embrassa une dernière fois; un baiser langoureux, amoureux et sincère. Un doux baiser qui laisser paraître tout de même un gout d'amertume de départ et d'au revoir. Il glissa encore deux nouveaux mots à son oreille " je t'aime" avant de s'en aller l'esprit heureux...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: • Résidence de Yuki et sa famille   

Revenir en haut Aller en bas
 
• Résidence de Yuki et sa famille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» [Yuki] ... Comme celui qui conquit la toison...
» Deniss Owen présentation[Validée par Yuki Hoseki]
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ninja Dream :: Hi no kuni, le pays du feu :: Centre-ville de Konoha-
Sauter vers: